Membres

vendredi 25 mars 2011

"the terrible twos" aka on ne fuit pas à la violence éducative

de la (non)violence éducative, j'en ai déjà parlé sur ce blog et en tant que maman qu'épouse les principes du maternage proximal (et en tant que mamma-nerdTM ) je dois dire que j'ai révisé mes classiques. c'est à dire que j'ai lu pleins de livres sur le sujet, comme:La Fessée : Questions sur la violence éducative, Au coeur des émotions de l'enfant, Éduquer sans punir, Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent, Poser des limites à son enfant et le respecter,Pour une parentalité sans violence et sans compter les ouvrages d'Alice Miller

et j'ai même fréquenté une rencontre sur ce thème avec Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau
et aussi des ateliers Faber & Mazlish.

je croyais être calé et pourtant....

il y a 10 jours j'ai commencé à avoir la toux, je ne me suis pas soignée. puis cette toux c'est devenue une trachéite à la quelle s'est ajouté une otite et une sinusite ensuite. depuis 10jours je suis HS, pour la première fois en beaucoup des mois. en plus de ça, comme je racontais sur l'autre billet, on a quelque changement dans notre vie de famille qui nous pose devant des choix et des soucis. mais que ça à voir tout ça avec la non violence éducative? rien ou tout, justement.

Mina, qui vient tout juste d'avoir ses 2 ans, ça vous dit quelque chose?

l'autre jour, où j'allais très mal physiquement et moralement, je me suis retrouvé devant à une inconnue. elle a commencé à me taper à chaque contrariété et j'avais beau avoir suivi 8 rencontres Faber & Mazlish et ben, je n'arrivais pas à trouver la voie de communication avec elle. le désarroi et incompréhension ce sont installés jusqu'au jour d'après où, en recevant l'énième tape de la part de ma fille, je me suis agenouillé devant elle, je lui pris sa main et je l'ai tapé en lui disant "on ne tape pas!!".

si si j'ai fait ça, je vous jure. moi.
maintenant beaucoup des mamans qui me lisent vont fermer la page et plus jamais revenir mais moi je voulais vous le raconter quand même car je me suis rendue compte que personne n'est à l'abri d'un geste de colère irréfléchi. je sais que c'est -peut être- tabou de le dire, surtout si on a choisi une autre voie éducative mais je veux vous raconter mes états d'âme en ce moment précis où j'ai tapé la main de ma fille:
1) je me suis sentie bien conne de lui dire "on ne tape pas" tout en tapant
2) je ne me suis pas du tout sentie soulagée. au contraire, je me suis sentie coupable d'avoir cédé à un instinct si animal (dans le sens négatif du terme). d'avoir cédé à la perpétration de ce que moi j'avais reçu en tant que petite fille.
3) ça n'a pas du tout aidé Mina dans ce moment de crise.

j'ai passé un jour horrible, en me demandant où je m'étais trompée? qui était cette petite fille en colère que je ne reconnaissais pas?

mes problèmes personnelles m'empêchaient de réfléchir à tête froide mais des fois il suffit juste de voir les choses d'un autre point de vue, d'une autre perspective pour pouvoir changer de route. de s'éloigner un instant pour avoir la vision plus élargie du cadre général. mon déclic, notre déclic (à moi et à Mina) s'est fait vendredi. le matin j'avais vu une copine qui a 2 enfants et je lui ai raconté ce qui s'était passé et je lui ai parlé de ce qui se passait en moi et en Mina. elle m'a rassuré en me disant que la "fameuse" crise des 2 ans arrive mais elle s'en va aussi au bout d'un moment, que c'était une phase (elle m'a aussi prêté ce livre). juste ces mots m'ont servi de déclic, comme je disais, j'ai essayé de comprendre Mina, de me mettre à sa auteur, de me voir de SON point de vue. je suis revenue à l'écouter, j'ai fini le rapport de force (bon qui a duré une journée) et tout est rentré dans l'ordre. je retrouve la communication et la liberté d'expression et on continue notre vie épanouie en famille. je ne dis pas qu'il Mina il ne fait pas de plus "caprices", (entre guillemets car j'aime pas ce terme), mais je dis que réagir à ses moments de colère avec une autre colère (la mienne) ça n'aide pas. ce qui porte quelque part il est le chercher de comprendre les raisons de son malaise.


je suis sure que il y aura encore des moment difficiles mais cette expérience m'a vraiment appris que on peut toujours changer de route, que ce n'est jamais trop tard pour rattraper nos erreurs.

en plus je me suis acheté ça:

J'ai tout essayé ! de Isabelle Filliozat

je l'ai commencé à lire et je dois dire qu'il est très intéressant. entre autres j'y retrouve les "habilités" de la formation Faber & Mazlish, comme par exemple:
-accueillir et nommer les sentiments de l'enfant. soit: quand vous lui éteignez la télé ou quand vu partez du square (après l'avoir averti, de toute façon!) pourquoi il faut sortir/rentrer à la maison et qu'il commence à se rouler par terre en hurlant (est-ce que j'exagère?), au lieu d'entrer en contraste en lui disant: "ça suffit de pleurer ne fais pas le bébé! nous devons y aller!!" essayez de lui renvoyer à ce qui est en train de vivre avec vos mots parce que ça l'aidera à comprendre ce qu'il éprouve! style: "tu aimerais regarder encore le télé, il est normal d'être frustré. mais maintenant nous sortons."
le fait d'exprimer avec les mots ce qu'ils sont en train de vivre les aide souvent à sortir d'un crise. pas toujours évidemment. parfois il suffit simplement d'écouter avec attention en silence, en acquiesçant d'un signe de la tête, pour les laisser exprimer librement.
il y a beaucoup de manières différentes de résoudre une crise, il y aurait un billet à faire seulement sur Faber & Mazlish et, je vous le promets, je le ferais un jour pas si lointain.


pour l'instant je voudrais conclure avec un passage du livre J'ai tout essayé ! d'Isabelle Filliozat que, à mon avis, exprime très bien le malentendu entre nous (les parents) et nos petits:

Quand les feuilles de votre ficus jaunissent et tombent, vous n'imaginez pas que la plante le fait exprès pour vous faire marcher ou cherche à vous faire passer pour une mauvaise jardinière. Vous interprétez "l'attitude" de la plante comme un message: trop ou pas assez d'eau, de lumière, d'engrais... Carence ou excès, vous cherchez à comprendre ce qui se passe. Un enfant c'est (nettement) plus complexe qu'une plante verte, mais pas plus compliqué. Ses apparents caprices manifestent ses besoins. Carence ou excès. Et si son attitude n'était pas une provocation mais une conséquence, une réponse, une réaction? Il arrive aussi que nous interprétions comme un problème ce qui n'est que naturel. Inutile de paniquer à chaque automne parce que les arbres du jardin perdent les feuilles... ou que votre petit de quatre ans déteste perdre.

16 commentaires:

Alexia a dit…

Merci de partager ton expérience et de parler de ce geste. Je pense que c'est presque impossible avec un petit enfant de ne pas se retrouver dans ta situation un jour. ça m'est aussi arrivé, et comme toi, parce que c'était une accumulation de fatigue, contexte etc... et comme tu le dis (et le disent F&M), ce qui compte c'est ce qu'on en fait après.

Ici (27 mois et un tempérament très affirmé) on pratique comme on peut F&M depuis presque 1 an et ça aide beaucoup mais il faut beaucoup de patience et de détermination pour tenir le cap dans les moments où justement il teste la limite ou doit apprendre à gérer la frustration et je comprends très bien pourquoi la punition, la fessée semble du coup tentante même si au final je pense que ça n'apporte rien.
Ce serait génial de faire un post sur F&M!
Bon WE

Alexia a dit…

Pour les tapes etc, pour avoir vécu aussi ça pas mal (avec un bambin qui de plus a des problèmes de santé et donc des douleurs qui l'énervent), tu peux aussi essayer d'instaurer les 3 mins de 'tape' avec un truc mou, sur un bongo, djembé, sur un coussin, bref, lui faire faire à fond le geste, un peu comme pour jeter. Ici il peut toujours jeter des balles en mousse mais pas le reste, si il jète ses jouets, il perd, la prochaine fois, le privilège de l'utiliser pour le reste de la journée. ça marche bien.

J'ai lu quelque part qu'à cet âge là il aime taper et jeter parce qu'ils développent leur motricité etc donc maintenant quand il fait ça, je le redirige ou alors quand il fait une connerie pour qu'on vienne le voir ou qu'on lui courre derrière, je lui explique que si il veut jouer, il faut juste le dire, pas faire une connerie...Bon courage

Aude a dit…

C'est très courageux, positif et formateur que d'expliquer ce que tu as vécu. Cet état de "mauvaise communication" entre ta fille et toi, nous l'avons toutes connu un jour, et je serais bien étonnée que des gens quittent ton blog pour cette raison; ou alors ils sont "narrow-minded".
Quand ça m'est arrivé avec Joshua, je me suis sentie aussi mal que toi, mais j'ai tout de suite réagi en parlant à mon fils (c'est comme si cette tape m'avait été donnée à moi) : je lui ai expliqué que ma réaction n'était pas appropriée, que j'étais navrée, mais que son comportement était pour moi très difficile à comprendre et à supporter (j'étais malade depuis de longs mois). Je lui ai aussi dit que mon amour pour lui restait le même et que je souhaitais vraiment qu'on retrouve une communication normale.
Cette fois, c'est sur mon ressenti que j'ai mis des mots et ça nous a aidés tous les deux à dépasser ce moment de crise.
Je suis sûre que vous y arriverez aussi toutes les deux (trois avec le papa). Bon courage !

lunatique a dit…

Comme les filles, je te remercie de partager ce moment avec nous, récemment, j'ai eu un geste précipité avec ma fille, ralenti en plein vole, mais l'intention était là, et surtout comme tu le mentionnes un mauvais instinct... Ca se passe tellement vite à ce moment là, tout ce qu'on a lu tombe en fadaises, même si ce geste nous semble étranger, il est tellement notre, je veux dire qu'en nous il a une violence qui ne demande qu'à surgir, c'est un constat terrible. Bref, l'autre jour, je lisais des histoires dans un lieu public ce qui a eu pour effet de regrouper les enfants autour de moi, un petite fille est venue s'asseoir à côté de moi et à poser sa main sur ma cuisse, ni une ni deux, ma fille lui a filé une grosse tape sur la main, et moi comme une imbécile qui jouerait à la crapette, j'ai fait la même chose sur la main de ma puce... Mais sans y réfléchir... C'est quand même terrible cet instinct de frapper son enfant. Mais bon comme je le disais plus haut j'ai amorti mon geste car j'ai eu une seconde de réflexion, mais bon l'intention était là...

leannt7 a dit…

C'est fou comme on peut se reconnaitre dans le témoignages des autres,et comme ce partage fait du bien. Ici on vit la même chose, les soucis, les 2 ans d'un ptit mec,les colères et tapes et...le geste d'une maman qui ne se reconnait pas. Je ne connais pas encore vraiment les théories de la non violence, mais en tout cas je discute beaucoup avec mon fils.
J'essaie de mettre des mots sur tout. Et donc comme Aude, j'en ai tout de suite parlé avec lui (et même si je ne comprends pas chacun de ses mots, je voyais bien qu'il me parlait aussi de nos gestes).
Parfois je pense à l'avenir et je me dit qu'il y aura surement encore des tas de colères, de conflits, de regrets...autant du côté parents qu'enfant!
Mais c'est vrai que c'est terrible, nous apprenons autant que nos enfants.
En tout cas merci de ton témoignage, bon courage et bon rétablissement!

mook a dit…

merci pour ce billet. Je ne connais pas encore les joyeusetés des terrible twos, mais quand on est malade, exténuée et/ ou affaibli, bien entendu on est vulnérable pour ce genre de réaction, d'impatience, de voix qui s'élève alors qu'en temps normal on ne le ferait jamais etc.
J'ai eu les deux mêmes maladies que toi en même temps que toi, et en prime mon fils de 9 mois était malade lui aussi. J'ai eu la chance de pouvoir aller chercher de l'aide chez ma mère. Un peu de repos et du soutien, ça fait du bien!

moi aussi j'attends un article sur F&M avec impatience, car je ne suis pas très au fait de tout cela, bien que j'essaie instinctivement de mettre des mots sur les sentiments de mon ils (frustration en tête de file), de discuter, d'expliquer. Mais pas toujours. Des fois je lui dit que "c'est comme ça, on ne discute pas"...

Eugénie a dit…

Merci de partager ça. Parce que, c'est vrai, parfois on se sent terriblement coupable alors qu'au final, ça arrive à tout le monde et c'est normal. Heureusement que nous ne sommes pas parfait. L'essentiel c'est d'en avoir concience (comme toi) et de réagir.

Merci pour les idées de livre. J'ai lu "Le nouvel art d'être grand-parent" et j'avoue que ça ne m'a pas parlé.

Et, sous tes conseils, j'ai lu "Poser des limites à son enfant" et j'ai trouvé ça gé-nial !!! :) Merci.

mammanicoz a dit…

merci à vous de partager aussi vos expériences et poins d vue. plus on est des mamans solidaires et le moins on se sens seules sur le chemin d la non-violence éducative
(uhallah j parle comme une bonne sœur^^)

kathy a dit…

Ravie d'avoir pu t'aider un peu de ce moment de crise ! On n'a pas les solutions à tout et à chaque instant, mais ça aide quand même de savoir qu'on n'est pas seule à vivre ça.
biz !

mammanicoz a dit…

oui! merci kathy, ton amitié est précieuse :)

naturetik a dit…

je ne cliquerais pas sur la petite croix en haut à droite pour fermer la page de ton blog. ton expérience c'est du réelle, c'est du concret, du vécue. Entre ce qu'on est capable de faire (écouter son enfant, l'accompagner sans violence...) et ce qu'on vit dans l'instant présent, les difficultés familiales, personnelles à surmonter ... il y a souvent un décalage.

Merci d'avoir partagé ta réflexion et ton état d'âme.

mammanicoz a dit…

merci naturetik. ♥

Céline a dit…

Merci de ton expérience.
Benoît est un peu plus petit, et pourtant il n'y a pas longtemps "elle est tombée, la claque". On était allongés sur un lit, avec une barrière de sécurité, et il a voulu enjamber. Il m'a prise par surprise et mon "réflexe" a été une tappe sur sa jambe nue. Que je m'en suis voulue.....

En tout cas merci de tes références, j'ai fait ma commande amazon sur le "j'ai tout essayé", "parler pour que les enfants ecoutent etc" et "poser des limites" ;)))

Eugénie a dit…

J'ai pris "J'ai tout essayé" et je l'aime beaucoup. Très clair et concret.

Je voulais te demander aussi ton avis. Bébé à 7 mois maintenant et je voulais savoir à quel âge tu penses que je peux commencer une formation Faber&Mazlisch ?

mammanicoz a dit…

merci à toi céline!

eugénie, et ben...si tu a la possibilité de la faire bientôt je te dirais: fonce! le plus tôt c'est le mieux :-)

Anne-Laure a dit…

J'ai eu la même expérience. Je voulais aussi une éducation "respectueuse" et non violente. Puis est arrivé la crise des deux ans. Mon fils est devenu tout autre. Il criait et hurlait, frappait, nous cherchait, faisait les 400 coups. Et à ce moment là aussi j'ai sombré. Le manque de sommeil, de disponibilité parfois, l'excès (sans compter les maladies où on est cloué au lit mais où l'on doit quand même s'occuper de son enfant car on a personne pour le garder) n'a pas aidé non plus. Alors j'ai aussi donner des tapes, moi qui ne voulait pas. A chaque fois je me sentais mal, en total désaccord avec moi même. Et bien je crois que l'on se juge très sévèrement quand cela arrive comme si tout s'écoulait. Quand je faisais cela je me détestais.
J'ai également acheté ce livre. Et j'essaye de mettre en pratique ses petites astuces.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...